Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 juillet 2021 6 17 /07 /juillet /2021 17:15
Un modèle de tenues pour les pavillons des Kwoons ?  source http://confrerie-talo-hasparren.fr/

Un modèle de tenues pour les pavillons des Kwoons ? source http://confrerie-talo-hasparren.fr/

Ce post développe des idées postées suite à un débat entre kravists lancé par the "boss" himself : un signe clair que le temps est venu de parler de choix concret pour les fédérations et les clubs d'arts martiaux. " Se reposer ou être libre"

[vu la sensibilité du sujet, je m'autorise à modifier le texte en cas de problème]

 

Tout d'abord, il est sans doute intéressant de noter que les discussions Politiques (notez le grand P) au sein des écoles d'arts martiaux (ou d'autres organisation éloignés, a priori de la politique) a toujours été une constante.

C'est même, si on y réfléchit, une des utilités principales des écoles d'arts martiaux (cf le travail de l'universitaire Benjamin Judkin) : l'agression physique est rare, l'agression psychologique par son environnement (plus ou moins direct) est beaucoup plus commun. (art cérémoniel pour ceux qui suivent)

La prise de recul et la recherche de solutions au sein d'une discussion entre "frères d'arme" (femmes incluses, le masculin inclus le genre neutre en français) est un excellent moyen de ne pas rester bloqué sur une inhibition ou une mystification (nous reviendrons la dessus plus bas).

Par contre, si ce genre de discussion est autorisé (toutes les écoles anciennes ne le permettaient pas), une structure particulière doit être mise en place. En effet, l'expérience (depuis Pythagore en Occident) a montré que ce n'était pas une bonne idée de tout mélanger.

Ainsi donc, généralement, dans une même école, il doit exister deux structures.

  • Une "ouverte à tous" qui permet d'avoir une utilité sociale évidente (exemple : Apprendre la self défense, organiser l'entrainement et des compétitions de sports- de combat ou non, organiser le spectacle de la danse du lion ou, en dehors des arts martiaux, association caritative, promotion de la saucisse, défense du pangolin, etc.....)
  • Une "réservée à certains" (mais pas forcément secrète, les deux peuvent cohabiter de manière tout à fait officielle), où une activité particulière peut avoir lieu pour ceux qui le souhaitent. (discussions et informations politiques, recherches spirituelles, recherches scientifiques-alchimie en son temps, etc ....)

Pourquoi une telle structuration (qui était classique aussi bien en Orient qu'en Occident mais l'Occident a "perdu" cela au début du 20eme siècle) ?

En premier, parce que le Temps de tout le monde n'est pas forcément tourné en permanence vers ce type de "sur-effort" ( la vie de famille, professionnelle, etc .... demande aussi un "sur-effort" à certains moments): Ceci permet néanmoins de faire vivre (économiquement et socialement) une structure "ésotérique" et d'avoir un point d'entrée pour réfléchir/agir (quand il le devient nécessaire et/ou possible) de manière plus efficace que "tout seul".

Au passage, notez que quand je parle politique, je ne parle pas forcément (et en fait pas du tout) de conspiration. Au 19eme siècle dans une structure de ce type, le but était d'avoir un suivi des lois en cours de discussion par les "parlementaires" (un rapport avec l'actualité ? :-) ). Une personne était chargée de collecter les textes dans l'intervalle entre deux réunions (entre 15 jours et un mois) afin de permettre une discussion et d'avoir un choix de vote éclairé pour tous, sans forcément avoir une consigne du groupe. Nous sommes bien loin d'un délire de conspiration et bien plus proche d'un idéal démocratique.
 

 

 

 

"Et donc nous  devons évoquer ce soir le nouveau décret de l'empereur Qinq" Source : https://cieljyoti.wordpress.com

"Et donc nous devons évoquer ce soir le nouveau décret de l'empereur Qinq" Source : https://cieljyoti.wordpress.com

Second grand avantage de ce type de structure : une indépendance de fait des partis politiques (De Gaulle s'en méfiait "Le régime des partis, c’est la pagaille."), des religions "officielles" ou de l'Etat.

Bizarrement :-) les partis, les religions "officielles" ou les états se méfient toujours de ces structures (avec l'ironie que certaines sont religieuses et/ou para-étatique) et cherchent à les éliminer et/ou à les absorber - notamment en alimentant, discrètement, des campagnes de presse ou des révélations "sulfureuses". Souvenez vous des premiers chrétiens avec Néron..... Lire le post précédent sur l'école de kung fu de l'école du phénix en Chine. C'est également visible lors de la 2nd guerre mondiale où les clubs de sports servaient de vivier de recrutement pour la résistance (pour les FTP notamment, le PC servant souvent de "2eme étage" aux clubs de sport et c'était tout à fait officiel). Un fait que l'occupant d'alors avait fort bien compris.

Bien sur pour avoir un rôle "moteur" dans la société civile, ces écoles doivent respecter certains critères (que j'ai déjà plusieurs fois évoqué dans ce blog) : neutralité politique, religieuse, non-violence, hiérarchie de fonction mais pas d'autorité (relire le post sur l'Olivier du Krav Maga), etc ....

Pour faire simple et en hommage à la Chine qui a fortement développé ce mode de fonctionnement; quand je parle de ce type d'école, je parlerai désormais de Kwoon. A priori, je pense que c'est le confucianisme qui a permis à la Chine d'être en pointe sur ce domaine mais je n'ai pas de "certitudes". 

  • Pour la partie "standard" du kwoon, je parlerai de club. (ex club de krav maga, de kung fu, de boxe, etc....).
  • Pour la partie "réservée" du kwoon, je parlerai de pavillon. D'après la définition c'est un "petit bâtiment isolé" et il est possible d'en avoir plusieurs si votre club est grand : "pavillon d'or, pavillon rouge, pavillon de la rivière, etc ...", chacun avec un thème précis (politique, médical, etc ....). En Chine, pour ce que j'en ai lu, c'est un nom typique pour ce type de structure.

 

 

Généralement la reconnaissance de l'entrée au pavillon est ritualisée. Il est ainsi clair pour tout le monde, nouvel entrant inclu, qui a demandé accès au pavillon et qui n'est pas intéressé. source https://cieljyoti.files.wordpress.com

Généralement la reconnaissance de l'entrée au pavillon est ritualisée. Il est ainsi clair pour tout le monde, nouvel entrant inclu, qui a demandé accès au pavillon et qui n'est pas intéressé. source https://cieljyoti.files.wordpress.com

Comme pour l'entrainement aux arts martiaux, une tenue particulière (ou au moins un élément particulier) est demandé pour acter du fait que l'on est dans le pavillon et non dans le club : ceci évite les confusions. (un peu comme la tenue du juge et de l'avocat, les principes de l'humain sont stables) source https://cieljyoti.files.wordpress.com

Comme pour l'entrainement aux arts martiaux, une tenue particulière (ou au moins un élément particulier) est demandé pour acter du fait que l'on est dans le pavillon et non dans le club : ceci évite les confusions. (un peu comme la tenue du juge et de l'avocat, les principes de l'humain sont stables) source https://cieljyoti.files.wordpress.com

Attention de ne pas aller trop loin !!!

Attention de ne pas aller trop loin !!!

Notez que quelqu'un qui ne connait pas l'explication, ne pourra pas comprendre pourquoi  dans le pavillon du kwoon de Krav Maga, il est permit de parler du covid 19 et du vaccin alors qu'il est interdit de parler de cela dans le club de Krav Maga. Pourtant les deux sont au même endroit et avec quasiment les mêmes personnes :-). Dans un kwoon d'arts martiaux (aikido pour être précis), j'ai même pu observé que des éléments du décor de la salle était modifiés pour indiquer si l'on était au club ou dans le pavillon.

Notons aussi qu'un pavillon dans le kwoon n'est pas une obligation : Cela dépend des élèves : ce choix est le leur. Un club peut être "juste" un club. Dans le contexte d'opulence qui était le notre, ce n'était absolument pas un besoin. Les choses viennent manifestement de changer .....

Il y a également, à ma connaissance, beaucoup d'organisations différentes possibles. Le pavillon est quelquefois secret, quelquefois non; quelquefois l'entrée du pavillon est ouverte à tous les volontaires, quelque fois il faut être également coopté, etc ...

Au passage notez la mystification "classique" de faire croire qu'il existe des techniques supérieures de combat dans le pavillon ..... En particulier quand à cause de ses conneries bêtises, il est devenu difficile de recruter (cf après la guerre des boxers en Chine pour les kwoons historiques) ou alors que l'on manipule les adhérents du club pour les faire entrer dans "autre chose" (secte, pègre, conspiration, etc ...).

Maintenant que nous avons éclairci le sens des mots (cf Confucius). Il est temps de s'attaquer à la raison fondamentale d'avoir une structure ésotérique "non ouverte à tous".

Toute société repose sur des croyances et des lois.

  • La croyance, ce sont les idées qui sont dans votre tête et que vous considérez comme de l'évidence
  • Les lois, ce sont des règles établies par la société, avec sanction en cas de non respect.

Quand une société est "bien faite", les lois sont établies à partir de faits et de leurs conséquences "physiques" ("sauver les âmes" n'est pas factuel) .

Par exemple autoriser le meurtre et l'appel EXPLICITE à la violence ne peut que conduire à des dérapages et désintégrer à terme la société.

Pour limiter le cout d'infrastructure de la société (car il n'y a pas que la violence qui peut désintégrer la société), il est fondamental que le cout d'infrastructure soit le plus bas possible et que donc les lois soient "simples, rapides et efficaces" et donc très très limitées. (là c'est dans le Tao te king de Lao Tseu, vous voyez comme cela s'oppose à la vision bien structurée (avec beaucoup de rites et donc d'infrastructures) de la société par Confucius ? Un équilibre entre les deux est nécessaire)

C'est donc le néo cortex qui doit être à l’œuvre pour établir les lois.

Le problème c'est que les croyances sont indissociables de l'humain (montrez moi quelqu'un qui dit ne pas croire en quelque chose et je montrerai quelqu'un qui n'est pas conscient de ces déterminismes) et que souvent "on" oublie que la définition de la liberté dans la société "c'est tolérer que quelqu'un fasse des choses que l'on s'interdit". Bien évidemment, la liberté de l'un s'arrête ou commence la mienne. La loi définit cette frontière pour éviter que les cerveaux mammifères et les croyances ne s'affrontent en permanence : le domaine étant irrationnel, le conflit est inévitable. ( je précise que le cerveau mammifère est utile, agréable et à ne pas occulter, juste à canaliser. cf éducation humaniste).

Certains veulent gommer cette définition de la liberté et la remplacer. La "liberté" devient alors "il faut que tout le monde fasse selon mes croyances car le monde sera bien mieux". En général, c'est une recette pour un régime totalitaire mais c'est régulièrement tenté car c'est la voie royale et séduisante pour l'accès au pouvoir (notamment du psychopathe, l'ennemi naturel de l'artiste martial).

Attention ce n'est pas parce que ce n'est QUE dans notre tête que c'est une croyance. L'URSS a cru que tout était croyance et a découvert que certaines choses dans les têtes étaient réelles (c'est typiquement un sujet que l'on traite dans les pavillons et non dans les clubs). Les wokistes sont en train de faire la même découverte. Ah ! Si seulement ils avaient su lire ... les livres d'histoire.

la plupart des hommes politiques parlent de lois (la "République", "état de droits",etc ....) mais en fait leur travail consiste surtout à manipuler les croyances (cerveau mammifère à travers son vecteur : l'émotion) afin d'obtenir une évolution des lois conforme à leurs "désirs", désirs qui peuvent être différents de ce qui est affiché publiquement (manipulation) voire inconscients (pathologies).  Ne parlons pas des idiots utiles qui ne comprennent pas les conséquences (Jar Jar Binks ? ) ....

Mais les artistes sont aussi grandement responsable des croyances qui sont implantées en nous "à l'insu de notre plein gré". Platon s'en méfiait pour cette raison. L'art n'est donc pas simplement un problème philosophique ou esthétique, il a aussi un aspect politique . Au passage quand vous voulez lutter contre une forme artistique proposer un autre modèle (utopie ?) ou une extrapolation (dystopie ?)  (pour réfléchir aux conséquences dans l'un et l'autre cas) est beaucoup plus efficace que la censure.

Vous aurez noté que l'action sur les croyances, c'est la tactique mise en place par le mouvement "wokiste" depuis les années 90 ( cf E. Behr "une Amérique qui fait peur").

  1. Tenter de manipuler le langage et les comportements (le "politiquement correct", l'écriture inclusive, l'inclusivité, etc...).
  2. Tenter de manipuler la culture (film, chanson, slogan, etc ..... ) pour essayer de promouvoir un modèle social.
  3. Ostraciser ceux qui sentent que les faits ne correspondent pas aux discours.
  4. A partir de cette hystérisation, aboutir à un changement de loi (et avoir le droit à une distribution d'argent mis dans le pot commun) éventuellement en jouant sur le sens des mots (cf 1) par un "cabinet constitutionnel" acquis à la croyance (ou vendu). Ce point n'est pas nouveau : il date (au moins) de Cicéron.

A répéter jusqu'à ce que votre infrastructure bute sur les limites physiques et/ou naturelles : la Réalité. (La suite est connu : le système politique d'après Cicéron ou d'après Romulus Augustule suivant le niveau restant de ressources)

Notons que la démocratie, son système électoral ET sa séparation des pouvoirs (le vote seul ne suffit pas pour avoir une démocratie....) rend la reconnaissance et la prise en compte de la Réalité -Apocalypse dans l'ancien langage :-) - beaucoup plus simple et facile que les autres systèmes politiques.

C'est ce qui est arrivé, à mon avis, avec la débudgétisation de la police US. Les Wokistes, pris dans leur délire, ont abouti à un oubli complet de la réalité, remplacé par des vœux pieux et/ou des sophistes : "il suffit que les gens soient honnêtes et il n'y plus besoin de police".  "La Réalité c'est ce qui continue d'exister même quand on n'y croit plus".

Les pavillons des différents kwoons sont des endroits où l'on peut discuter des croyances (collectives et/ou personnelles) afin d'évoluer et de disposer, in fine, d'une vision plus objective et plus lucide de la Réalité. Réalité qu'il vaut mieux avoir dans son camp. (Tao Te King à nouveau).

Naturellement pour cela un cadre est nécessaire : il n'est pas facile de faire le point sur nos croyances. (cf les posts dédiés sur ce blog). Un pavillon permet d'avoir ce cadre avec des structures éprouvées car classiques : l'ancien ne vaut que par la connaissance qu'il apporte, ce n'est pas une valeur en tant que telle.

Et nous arrivons donc (enfin !!!) au covid 19 et à la pagaille actuel.

Notre société repose en effet sur une croyance fondamentale : "La croissance permanente".

Elle repose sur une base empirique : Depuis trois siècle, c'était le pari gagnant : Ceux qui ont parié sur la croissance scientifique et économique ont "gagné" par rapport à ceux qui ont fait le pari inverse.

Quand je parle des gagnants, ce sont à la fois les individus mais aussi les institutions et les pays.

Cette croyance est donc souvent considérée comme un fait et a intégré la croyance collective de beaucoup d'institutions et de pays : une douzaine de génération ayant eu la preuve de sa "réalité".

Or la méthode scientifique (pour rappel, la "science" n'existe pas) a, depuis le 19eme siècle, expliquée, que  cette croissance permanente, n'était pas une réalité mais un "coup de chance" de l'histoire : un peu comme l'Empire romain, l'empire arabe ou l'empire mongol. Elle devait prendre fin, de manière absolue, entre 2000 et 2010 (spoiler : C'est gagné !! ). La descente, ensuite, durera plusieurs siècles.

Mais une croyance (cerveau mammifère) implantée depuis aussi longtemps ne se résorbe pas facilement.

Nous avons donc une opposition entre la Réalité ("la descente a commencé") et la croyance dans la "croissance permanente".

Or pour comprendre que la croyance est fausse, il faut prendre conscience que quelque chose cloche dans sa modélisation de la réalité ("carte" et "territoire").

Il existe un modèle typique pour cela : le modèle de Kubler Ross. Ce modèle décrit la prise de conscience comme passant par 5 états : Déni, Colère, Marchandage, Dépression, Acceptation. (C'est un modèle, il sert de guide et n'est pas la Réalité : certaines étapes se mélangent, d'autres n'apparaissent pas, l'ordre n'est pas toujours respecté, etc ....).

Ce qui est en train d'arriver à la société avec le Covid 19 me semble correspondre avec ce modèle :

  • Déni : " le virus n'existe pas"
  • Colère : "J'en ai marre, je veux sortir du confinement" (accessoirement, je cherche un bouc émissaire. Le plus facile étant généralement le gouvernement, quelquefois à raison)
  • et maintenant Marchandage " Si tout le monde se vaccine, nous retrouverons les jours heureux".
  • La Dépression ne devrait pas tarder .....

Vous noterez que les réactions sont prévisibles par la psychologie et non par le médical. Un autre facteur extérieur que le covid (un krach ou une crise politique)  aurait déclenché exactement les mêmes réactions mais n'aurait pas ciblé les mêmes personnes (cf la fin de l'URSS).

Pour résumé :

Nous avons factuellement une épidémie, qui est traitée avec une stratégie pouvant soulever des questions POLITIQUES (les choix ....) légitimes.

  • refus de fermer les frontières nationales - c'est le traitement administratif standard d'une épidémie en France depuis le17eme siècle.
  • refus de développer le traitement hospitalier - c.a.d refus de revenir sur la décision de réduire l'infrastructure médical (en avril 2020, la surprise du Covid pouvait faire comprendre la nécessité d'un confinement, en juin 2021, un an après, c'est un choix et non une nécessité).
  • Refus de tester les traitements pour avoir des données permettant de s'assurer de l'efficacité de tel ou tel traitement.
  • Tout miser sur un type de vaccin alors qu'il est encore en phase de test (pour les traitements c'était un problème pour les vaccins, çà passe crème......).
  • Imposer à court terme un vaccin dont la technologie, par manque de données de long terme, est beaucoup moins sûre qu'une technologie éprouvée.

Or le problème d'énergie demandait une réduction drastique de l'économie à partir de 2020 (et interdit de redéployer des moyens dans le milieu médical ....). Coïncidence que la solution retenue au virus ait été un confinement qui, en tant qu'effet secondaire, réduit drastiquement l'économie et ne demande pas une augmentation des moyens hospitaliers ? Une instrumentalisation du virus et du confinement est elle possible ? Cela expliquerait pourquoi aucune autre solution n'est réellement approfondie: Il y a deux agendas (les deux sont "vrais") mais un seul est public.

Bien sur, les éléments pour une autre stratégie n'ayant pas été mis en place en 2020, il n'est plus possible de  mettre en place autre chose qu'un confinement pour septembre 2021 mais dire que c'est la fatalité est un raccourci mystificateur. Il y a eu des décisions : s'il y a confinement à la rentrée 2021, il aura été choisi. C'est sans doute le choix rationnel mais il se heurte à la croyance collective de la croissance permanente et générera sans doute à nouveau des tensions.

Au vu de ses éléments, il apparait clairement que des éléments économiques ET écologiques (vous savez le truc qui n'existe pas vraiment d'après certains, une simple croyance ....) sont venues orienter un problème médical (la corruption et autres conflits d'intérêt étant des épiphénomènes et non le moteur du problème).

D'après mon analyse, le point économico-politique est essentiel (cf les différentes sources et analyses argumentées dans le blog).

Avec l'analyse de Kubler Ross, les réactions démontrent que personne ne veut pointer la vraie nature du problème : la dislocation (sociale, économique, politique, culturelle,etc ....) due à l'épuisement des ressources et que la stratégie retenue est plutôt de jouer sur les phases de Kubler Ross pour acheter du temps (et de l'endettement).

Le Covid 19 est un révélateur et non une raison.

  • La Chine a eu le Covid sur son territoire mais son économie et son accès aux ressources (notamment l'énergie et les matières premières) dans le monde lui a permis de dépasser le problème (matériel disponible, etc ...) : PAS de confinement à l'échelle du pays....
  • La France a eu le Covid sur son territoire et son économie (et celle de l'UE) ne lui a pas permis d'y faire face.

L'histoire de la société chinoise montre qu'elle peut être aussi turbulente que la société française (la contre-culture chinoise est ainsi beaucoup plus organisée) : Le facteur économique explique, à mon sens, beaucoup plus la différence de réaction que de purs facteurs économico-politiques.

Pour éviter de faire prendre conscience du problème de fond ("la fête est finie"), le "politique français" a décidé de faire un détournement d'attention en imposant un débat sur le vaccin et sur son "obligation".

Pour cela annoncer des mesures autoritaires sur le pass sanitaire est une stratégie, à mon sens, réfléchie car de fait il impose un débat accessoire qui étouffe le vrai débat de fond et la révélation sur le futur imminent de notre société.

En effet, cela permet :

1- de détourner l'attention de la vraie nature du problème ("la France est pauvre", ce qui a pour conséquence que beaucoup de lois (notamment des lois pour le bénéfice de certains) vont être supprimées de gré ou de force. Vu la structure clientéliste de notre socio-économie, une crise majeure est donc devant nous APRES le covid (vaccin ou pas) et non pas A CAUSE du covid.

2- d'imposer un débat clivant où le bouc émissaire "évident" n'est pas le gouvernement mais l'autre partie de la population (cf point 2 de Kubler Ross). Le gouvernement peut donc continuer à jouer le rôle d'arbitre même s'il est un joueur de la partie.

3- de montrer que le gouvernement a fait tout ce qu'il pouvait et qu'il pourra imposer un nouveau confinement à la rentrée 2021. Vu ce qui se passe en Israël (malgré sa couverture vaccinale ET sa fermeture des frontières), je pense que ce n'est pas l'hypothèse la moins probable. 

Attention, contrairement à d'autres je ne dis pas que le virus n'existe pas ou qu'il ne faut pas se protéger ou protéger les autres.

  • Je dis que les mesures de protection ne sont pas optimales uniquement en prenant en compte l'ensemble de la population mais également pour une contrainte économique majeure (et peut être quelques lobbies)
  • Je dis également que les jours d'opulence sont terminés et que croire que le vaccin permettra de revenir à une vie facile avec des vacances à l'autre bout de la planète, des restaurants toutes les semaines ou des loisirs couteux, c'est terminé: virus ou pas.
  • Enfin je dis que le bénéfice du (des?) vaccin (s) est différent selon les catégories de population et que les données communiquées ne permettent pas de connaitre quelles sont les catégories concernées. (hasard ? Je ne crois pas ....). Dans mon entourage, les choix rationnels sont différents suivant la catégorie. La réponse ne peut pas être binaire (reptilienne ? )

Et donc après tout ce développement que peut on conclure pour les clubs d'arts martiaux ?

Le premier point, que j'ai déjà écrit sur ce blog: le choix de faire reposer son avenir professionnel dans les purs arts martiaux est une impasse (Georges Saint Pierre et Henry Plée ont déjà dit la même chose, avant ....).

Si tel est votre choix, au fur et à mesure que les difficultés vont s'accumuler vous allez :

  • Soit vous paupériser (la clientèle PAYANTE va se réduire de plus en plus) - Par contre cela peut vous donner un rôle social dans votre quartier/village/etc....
  • Soit basculer dans la pègre (c'est ce qui est arrivé aux triades et aux écoles d'arts martiaux associés en Chine au moment de la dislocation de l'empire chinois. Le Karaté a connu le même problème au Japon)

Les écoles d'arts martiaux doivent donc évoluer pour prendre en compte la réalité de ce qui est train d'arriver et apporter un service à la société :

- Spectacle (ex : la danse du lion et le "sword dance")  : quand il y a moins d'internet et de télé (électricité.....), les gens paient beaucoup plus volontiers pour voir un spectacle vivant. Une école de Krav Maga a d'ailleurs déjà ouvert la voie.

- Médical : les dojos japonais servaient d'antenne médical et de centre de premiers secours dans les quartiers : Essayer de séduire le personnel médical pour pratiquer :-) . Les artistes martiaux chinois proposaient des lotions et des baumes. (attention avec la loi en France sur l'exercice de la médecine).

- Les fédérations doivent évoluer : Le passage de grade et la qualité technique de la discipline sont toujours des points fondamentaux mais l'organisation (cours, stages, rémunération des encadrants, passage de grade) peut et doit devenir différente.

A ce sujet, la communication retenue par les différentes fédérations peut être un signal :

- Une fédération officiellement dans le déni du virus et refusant d'en tenir compte sera détruite par l'état qui ne pourra se permettre d'avoir une institution contrant sa communication.

- Une fédération qui ne permet pas d'échange d'information autre que la communication d'état verra son utilité fortement réduite. Les adhérents préféreront sans aucun doute une fédération peut être moins technique mais permettant un échange d'information plus intéressant.

- Une fédération appuyant la communication de l'état (sur les vaccins, notamment) sera traité comme l'état. Cela peut poser problème lors de "mouvements politiques sortant des distributions classiques".

Le silence est une stratégie mais dans ce cas, il est nécessaire que tous se taisent où au moins disent clairement quand il parle en leur nom ou au nom de l'institution. Et le silence n'économisera pas les changements structurels nécessaires qui doivent commencer dès maintenant.

Le positionnement sera délicat mais il est indispensable afin de pouvoir traverser la tempête que nous impose nos décisions collectives passées (dans les années 70 où le choix a été fait de continuer la fête).

Un modèle intéressant à étudier est celui de l'église chrétienne (pas encore catholique) à la fin de l'empire romain. Comment maintenir une idée (une religion de la non-violence) dans un monde où l'économie s'effondre et où des bandes guerrières s'affrontent.

Pour finir, il est bon de rappeler le rescrit d'Honorius où, du jour au lendemain, l'empereur informe la population d'une île qu'elle ne peut plus compter sur l'armée romaine.

C'est valable pour l'armée, mais, avec un peu d'imagination, il est possible de l'appliquer aux soins médicaux, aux tribunaux, à la police, à la nourriture, etc .... Savoir que cela peut arriver est un plus même si cela sera désagréable pour tout le monde.

 

 

 

 

Covid 19, arts martiaux et clubs
Covid 19, arts martiaux et clubs
Covid 19, arts martiaux et clubs
Covid 19, arts martiaux et clubs
Covid 19, arts martiaux et clubs
Partager cet article
Repost0
Published by KRAV MAGA et PHILOSOPHIE